Sur l’eau, plaisir rime avec sécurité

Nancy Greene Raine est une sénatrice qui représente la Colombie Britannique.
Sénateur Black et Sénatrice Raine

En plus de posséder le littoral le plus long du monde, le Canada est un pays composé de lacs et de rivières. Chaque année, quand arrive l’été, les Canadiens savent comment profiter de l’eau, que ce soit dans la nature ou dans une piscine.

Cependant, chaque année, environ 500 Canadiens décèdent de manière tragique par noyade. Cette triste réalité nous a été rappelée le mois dernier alors qu’un jeune homme de 23 ans de Cambridge en Ontario s’est noyé dans une rivière lorsque son canot a chaviré.

Dans un pays aussi développé et éduqué que le Canada, il est surprenant de constater que nous ne faisons pas davantage pour prévenir ces pertes de vies. Il est temps de reconnaître que la noyade représente un problème de santé publique important.

Par conséquent, cette année, en tant que sénateurs, pour souligner la Journée nationale des gilets de sauvetage [le 19 mai], nous croyons important de sensibiliser la population à cet enjeu majeur, mais trop souvent négligé. Nous devons briser le cercle vicieux du choc, de la normalisation et de la répétition.

La grande majorité des victimes de noyade sont de jeunes hommes et un tiers des noyades sont liées à la navigation de plaisance. Les Autochtones, les communautés nordiques et éloignées ainsi que les nouveaux Canadiens sont également affectés de façon disproportionnée.

Doug Black est un sénateur qui représente l’Alberta.

Il importe également de souligner que lorsque des personnes sont sauvées de la noyade, elles subissent souvent des traumatismes cérébraux qui changent leur vie à tout jamais. Il n’est pas surprenant de constater qu’une grande partie de ces accidents sont liés à la consommation d’alcool.

Dans un pays aussi actif que le nôtre, nous comprenons qu’il est impossible de demander aux Canadiens de ne pas profiter de l’été. Cependant, il existe une solution simple pour prévenir la plupart des tragédies : les gilets de sauvetage. Si ce jeune homme de Cambridge, ou les nombreuses autres victimes de noyade au Canada, en avaient porté un, il y aurait eu moins de décès tragiques.

D’autres efforts doivent également être faits en vue de renforcer les pratiques de sensibilisation qui visent à réduire les risques. Ce sont des pratiques qui s’appliquent autant dans l’eau que près de l’eau. À cette fin, nous collaborons avec l’Organisation mondiale de la santé pour élaborer une stratégie efficace de prévention de la noyade pour le Canada en nous fondant sur le rapport récent de l’organisme intitulé Rapport mondial sur la noyade : Comment prévenir une cause majeure de décès.

La noyade est généralement un événement silencieux. Lorsqu’une personne est en difficulté dans l’eau, il est souvent difficile de l’aider ou même de remarquer qu’elle est en difficulté. C’est pourquoi les gens doivent prendre leur propre sécurité en main et porter un gilet de sauvetage.

La nage est un excellent moyen de demeurer en santé et de s’amuser, mais si vous profitez de la nature sur l’eau, faites-le en portant votre gilet de sauvetage.

 

 


Chaque semaine, par le biais de Francopresse, un sénateur ou une sénatrice présente un texte d’opinion sur un sujet pertinent pour les lecteurs de Francopresse et des journaux membres de l’Association de la presse francophone. 

Les opinions exprimées dans les lettres d’opinion publiées sur Francopresse n’engagent que leurs auteur(e)s et ne sauraient refléter la position de Francopresse ou de l’Association de la presse francophone (APF).