Mariette Mulaire, la Marianne de la francophonie manitobaine

André Magny (Francopresse)

PDG du World Trade Center de Winnipeg, porte-parole des prochains Rendez-vous de la Francophonie, ex-vice-présidente du conseil d’administration du Centre de la francophonie des Amériques, Mariette Mulaire est avant tout une femme tenace dans ses idées, nourrie à la sève de la fierté francophone.

Avec son regard vif, pétillant et charmeur, Mariette Mulaire aime à rappeler un épisode qui a baigné son enfance à St-Pierre-Jolys au Manitoba.

On est en 1968. À St-Pierre, Mariette vit son enfance. Son père René, lui, est président de l’Association France-Canada. Lors d’un voyage en France, il rencontre Philippe Rossillon, un haut fonctionnaire français qui s’est fait connaitre dans la deuxième partie du XXe siècle pour son combat à l’endroit de la langue française et son appui à ceux qui luttaient pour la survie du fait français en Amérique.

Philippe Rossillon veut en savoir un peu plus sur les Franco-Manitobains. Il donne rendez-vous quelques semaines plus tard à M. Mulaire dans la patrie de Louis Riel. Contre toute attente, le visiteur français fait son apparition la journée de l’anniversaire de la petite… ce qui oblige Mariette à participer au ménage et à changer les draps le jour de ses 8 ans ! Branle-bas de combat non seulement à la maison, mais aussi du côté du gouvernement canadien et manitobain. Le visiteur n’est pas bienvenu. Certains l’accusent d’être un espion, Pierre-Eliott Trudeau en tête. Après le Vive le Québec libre prononcé l’année précédente par le Général de Gaulle à l’Hôtel de ville de Montréal, l’épiderme est sensible. M. Mulaire se fait harceler. La presse anglophone se déchaine contre Rossillon. Mais pour la famille Mulaire, « francophone au boutte, quelqu’un qui vient s’intéresser à nous, les Franco-Manitobains, c’est un bon Jack ! »

C’est aussi le père Mulaire qui fera des représentations pour que la Reine d’Angleterre visite St-Pierre-Jolys pour son centenaire de fondation en 1970. Mieux, c’est dans ce petit patelin de 800 âmes qu’Elizabeth II prononcera son premier discours en français en sol canadien.

La mère de Mariette Mulaire n’est pas en reste. C’est elle qui s’occupait des pages destinées aux enfants dans le journal La Liberté. Elle y organise des concours. Ceux-ci sont tellement populaires que le flot de courrier empêche la fermeture du bureau de poste à St-Pierre !

 

Femme d’affaires

Avec un tel bagage génétique, Mariette Mulaire a fait du français l’un des moteurs de sa vie. Née dans une famille d’entrepreneurs, ses actions l’ont amené à réaliser que les Franco-Manitobains ont non seulement des droits, mais que le français peut aussi être une valeur ajoutée dans le monde des affaires.

En créant un forum international comme Centrallia – le speed dating du monde des affaires -, Mariette Mulaire a montré aux anglophones que le français pouvait leur ouvrir des portes en les mettant en contact avec le business en français.

Maintenant PDG à Winnipeg du seul World Trade Center bilingue au monde, Mariette Mulaire s’apprête à relever un nouveau défi. Avec le comédien québécois Emmanuel Bilodeau, elle sera porte-parole des Rendez-vous de la francophonie en 2017.

Tout un parcours qui fait dire à cette femme dynamique à propos des Franco-Manitobains : « Avant, on se faisait écraser parce qu’on n’était pas fier. Maintenant, notre attitude a changé. »