Alexis Normand – Homonyme

Jean-Étienne Sheehy/APCM (Francopresse)

Alexis Normand arrive à la croisée des chemins avec son deuxième disque solo. Si les onze chansons de cette offrande répondent aux attentes laissées par Mirador en 2013, elles soulèvent aussi une nouvelle question. Sous la direction de Marc Pérusse, quelle est la griffe de l’auteure-compositrice-interprète fransaskoise ?

Les onze chansons ne possèdent que peu de failles, mais elles se confondent les une aux autres. En fait, ce folk rock a beau bénéficier de la voix chaleureuse de Normand, mais il ne ressort pas du lot. Au long de l’écoute, on finit par se perdre entre les titres, qui bénéficieraient d’une plus grande prise de risques, mais aussi d’élans de spontanéité.

Pourtant, le disque possède une ligne directrice intéressante, entre son intention pop et ses inspirations jazz. Le produit est livré avec un accent sur les espaces et les grooves, comme en témoigne Mauvais sort, même si cela semble daté de quelques années. À l’écrit, les flashs intéressants tels que la superstition des craques du trottoir n’arrivent toutefois pas à soutenir toute la chanson. Cela se répète à l’intérieur de la quarantaine de minutes du disque.

Puis, la prévisibilité s’empare de cet ensemble de chansons. L’enchainement de la ballade Sans attentes et du clin d’œil au country sur Johnny Cash a beau être sympathique, mais ces deux titres résument le caractère déjà entendu du disque.

Il faut attendre l’avant-dernier titre, Sing me home pour entendre la pleine portée de la démarche de Normand. Au-delà de la présence de Daniel Lavoie sur ce duo, cet hymne à l’Ouest canadien soulève les prairies au bout de bras avec éloquence, en donnant à l’auteure-compositrice ses plus beaux instants en carrière.

L’auteure-compositrice-interprète a des choses à dire et elle arrive à les livrer, mais cela finit par se perdre dans l’ensemble du produit. La réalisation de Marc Pérusse permet d’éviter les faux pas, mais cela donne au disque un sentiment de sécurité artificiel. Il en faudra plus pour qu’Alexis Normand se démarque. Malgré le talent indéniable de cette dernière, une question persiste au bout de l’écoute ; quelle sera la prochaine étape de sa démarche créatrice ?