Pas de médailles pour vous !

Colin Kenny est un sénateur qui représente le Québec. Il est l’ancien président du Comité sénatorial de la sécurité nationale et de la défense.

Chaque semaine, par le biais de Francopresse, un sénateur ou une sénatrice présente un texte d’opinion sur un sujet pertinent pour les lecteurs des journaux membres de l’Association de la presse francophone. Les opinions exprimées dans les lettres d’opinion publiées sur Francopresse n’engagent que leurs auteur(e)s et ne sauraient refléter la position de Francopresse ou de l’Association de la presse francophone (APF).

Sénateur Colin Kenny

Ce n’est pas tous les jours qu’on voit des politiciens snober des milliers de dirigeants communautaires pour mettre en place un programme qui rend hommage à une poignée de célébrités et membres de l’élite.
Or, il semble que c’est exactement ce qu’a fait la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly.
Depuis 1967, le gouvernement du Canada souligne les occasions et les anniversaires spéciaux, comme le Jubilé de la Reine, en émettant une médaille commémorative.


Ces médailles étaient considérées comme un moyen de rendre hommage aux Canadiens ayant apporté une précieuse contribution à leur communauté et au Canada.
Malheureusement, la ministre Joly a décidé qu’aucune médaille ne sera frappée pour célébrer le 150e anniversaire de notre pays.
La ministre a récemment comparu devant le Sénat durant la période des questions, et j’ai eu l’occasion de lui demander pourquoi il n’y aurait pas de médaille pour notre sesquicentenaire (c’est un mot formidable pour un 150e anniversaire).
Elle m’a répondu qu’au lieu d’une médaille, le gouvernement fera la promotion d’un « programme des ambassadeurs, qui permettra de saluer les réalisations des Canadiens persévérants et des leaders communautaires. »
Elle a ensuite mentionné le nom de quelques ambassadeurs notables qui ont déjà été nommés, y compris Julie Payette, astronaute ; Art McDonald, lauréat d’un prix Nobel ; et Kardinal Offishall, récipiendaire d’un prix Juno.
Je n’ai rien contre des gens comme Art McDonald ou Julie Payette, mais leurs réalisations ont déjà été reconnues. C’est ce à quoi sert le Régime canadien de distinctions honorifiques.
Chaque année, environ 150 Canadiens sont nommés membres de l’Ordre du Canada. Les médailles commémoratives, quant à elles, sont décernées à beaucoup plus de personnes. En effet, lors du Jubilé de diamant de la Reine en 2012, 60 000 médailles ont été remises partout au pays. Ces médailles ont été données à des gens dont les efforts étaient importants, sans toutefois être susceptibles de leur faire remporter un prix Juno ou un prix Nobel.
Les personnes dont je parle ne s’attendent pas à recevoir une médaille pour leurs efforts, mais elles poursuivent tout de même leur bon travail parce que c’est la chose à faire et que leur communauté compte sur elles.
Je parle ici des bénévoles dans les soupes populaires et les maisons de repos. Je parle des militaires, des enseignants, des pompiers, des travailleurs sociaux, des employés d’hôpitaux, des bénévoles communautaires, des policiers, et j’en passe. Ces gens sont l’épine dorsale de nos communautés.
Il semble que la ministre ait plutôt opté pour le prestige du monde des célébrités.
Le gouvernement devrait vouloir rendre hommage aux personnes qui, à l’échelle locale, contribuent à améliorer notre vie au quotidien.
En agissant ainsi, nous enverrions un message aux autres membres des communautés que cet important travail est valorisé.
Or, d’un seul coup, la ministre a décidé de cesser de rendre hommage à 60 000 Canadiens.
Il n’est pas trop tard pour revenir sur cette décision.