Publié le mardi 2 octobre 2012

Vancouver Symphonique : bons baisers du Pacifique

Par Jean-Étienne Sheehy

Si l'on croit à tort que la culture francophone ne se vit qu'à Moncton ou Saint-Boniface, la compilation Vancouver Symphonique rétablit les faits et permet d'offrir une magnifique vitrine à la chanson franco-colombienne, trop souvent à l'ombre de ce qui se fait ailleurs au pays.

Lors du 125e anniversaire de la ville, le Centre Culturel Francophone de Vancouver a réuni une douzaine d’artistes de la grande communauté francophone et francophile de l'endroit, dans le cadre d'un concert unique avec le University of British Colombia Symphony Orchestra. Ce spectacle ambitieux a été immortalisé sur une compilation.

Pour les gens de l'endroit, cet enregistrement est un brillant souvenir de cette soirée mémorable. Pour ceux de l'extérieur, Vancouver Symphonique est la plus belle des cartes postales en provenance du Pacifique, où l'on découvre toute la vitalité de la région, mais aussi sa diversité. Le projet est rassembleur, éloquent et porteur.

Le Vancouver francophone possède plusieurs visages. On reconnaît l'inspiration asiatique derrière la superbe et cinématographique Nuages de la formation Joutou. Les musiques africaines d'Alpha Yaya Diallo trouvent une autre dynamique derrière les accents symphoniques. Si l'on entend le Brésil dans la technique musicale de Celso Machado, l'orchestre donne une tout autre profondeur à ses musiques.

Cette compilation propose un véritable panorama auditif où l'on se promène autant parmi les percussions de Sal Ferreras que dans l'urgence et la modernité de l'Émeute du clarinettiste François Houle. Le compositeur Alain Mayrand offre son Éveil moderne et instrumental, en plus de se charger des arrangements et de l'orchestration du projet. Le Vancouver franco est ouvert sur le monde et complexe, mais il s'identifie à cette diversité, sans dénaturer ses origines.

La chanson francophone est mise en valeur par le caractère solennel de la démarche.   Avec sa grande progression, Histoire d'une chanson de Myriam Parent semble être faite sur mesure pour les arrangements philharmoniques. Le groupe indé Wintermitts se tire bien d'affaire, malgré la lourdeur du propos et la fragilité du texte de Careful qui aurait eu besoin d'être retravaillé et peaufiné. C'est toutefois le Vancouver d'Isabelle Longus qui résume le mieux l'esprit de ce projet unique, en évoquant « ce rêve d'un bout de terre, sculpté par le ciel et la mer » et en multipliant les superbes images, à l'intérieur de ce bel hommage, où l'on définit la ville, en français.

En plus d'être un point de repère pour les Franco-Colombiens, Vancouver Symphonique est un brillant testament de cette communauté, unie dans sa pluralité. En nous partageant l'ardeur et le dynamisme de leurs initiatives le reste du Canada découvre un petit bijou. Si ce projet grandiose est aussi réussi, c'est avant tout grâce à ses qualités artistiques. La communauté francophone de Vancouver a de quoi être fière. Bravo.

 

Informations complémentaires

COMPILATION

Artistes variés

Vancouver Symphonique

APCM

[Facebook] [Twitter] [Google+] [LinkedIn] [MySpace]

Télécharger Télécharger l'image


Lire autres articles : Francopresse - Site d'actualité francophone - Canada
Association de la presse francophone